Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

mercredi 16 mai 2012

Laissez Dieu réévaluer votre Situation


Fada N'gourma au Burkina Faso

Les fondateurs 
Pasteur David et Esther TRAORE


Laisser Dieu réévaluer ta situation, c’est lui laisser relever, apprécier, estimer la parité de ta situation par rapport à la réalité dont ta situation est l’objet. C’est la correction des divers éléments constitutifs de différentes étapes de ta vie pour en tenir compte de la dépression physique ou toute autre aspect par le Seigneur dans son œuvre de rédemption, de restauration et de régénération. Et pour cause. Dans Marc 5 : 22-23 il est dit que "un des chefs de la synagogue, nommé Jaïrus, qui, ayant aperçu Jésus, se jeta à ses pieds, et lui adressa cette instante prière : Ma petite fille est à l’extrémité, viens, impose-lui les mains, afin qu’elle soit sauvée et qu’elle vive."

Passez vous par de pires moments ?
Ne craignez pas.
Jaïrus était conscient d’une chose, c’est que la situation de dégradation de la santé de sa fille était très avancée et en tant que chef spirituel, il a vu en Jésus la main de relèvement de Dieu ; "Impose-lui les mains, afin qu’elle soit sauvée et qu’elle vive" lui dit-il. Je suppose que le Chef de la Synagogue avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour conserver en vie sa petite et bien aimée fille ; décoctions, infusions, sacrifices d’expiation et autres "prières spécialisées" se sont certainement succédées sans résultat. Il se tourna alors vers celui qu’il aurait le moins voulu avoir à faire, vu que le discours de ce dernier choquait les conceptions qui jusqu’ici avaient fonctionné comme norme. La démarche de Jaïrus a connu son pire moment quand, après avoir prié, demandant à Jésus de venir dans sa maison et que celui-ci eut accepté, on vint lui dire "ta fille est morte ; pourquoi importuner davantage le maître?" Marc 5 : 35.

Que faut-il penser en ces instants ? Quelle attitude faut-il adopter en ces moments où le monde s’effondre autour de nous ?

Bien aimés, écoutez en ces moments Jésus. Écoutez-le. Écoutez-le. Il est dit en Marc 5 : 36 – 42 : que Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue : "Ne crains pas, crois seulement." Et il ne permit à personne de l’accompagner, si ce n’est à Pierre, à Jacques, et à Jean, frère de Jacques. Ils arrivèrent à la maison du chef de la synagogue, où Jésus vit une foule bruyante et des gens qui pleuraient et poussaient de grands cris. Il entra, et leur dit : Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous ? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de lui. Alors, ayant fait sortir tout le monde, il prit avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui l’avaient accompagné, et il entra là où était l’enfant. Il la saisit par la main, et lui dit : "Talitha koumi, ce qui signifie: Jeune fille, lève-toi, je te le dis." Aussitôt la jeune fille se leva, et se mit à marcher ; car elle avait douze ans. Et ils furent dans un grand étonnement.

Ne pas craindre, c’est vous mettre en confiance avec le Seigneur, et croire c’est lui ouvrir la porte pour le miracle.
Selon l’estimation des hommes, il n’y avait plus rien à faire "la fille est morte", ils avaient mesuré, estimé et apprécier la situation ; combien ce qui en résultait de cette évaluation faisait fondre tous les espoirs de cette famille ? Mais, Jésus, lui n’avait pas encore dit son dernier mot ; il dira "l’enfant n’est pas morte, mais elle dort". Alléluia ! L’évaluation des hommes l'a donné pour morte, mais l’évaluation du Maître de la vie dit qu’elle n’est pas morte, mais elle dort ; hors, celui qui dort peut se réveiller. C’est là, la correction des divers éléments constitutifs de ta vie. Permet à Jésus aujourd’hui de réévaluer votre situation.

Le  Seigneur  redonne la vie même dans les situations
ou la vie n’est plus possible.
L’exemple de Lazare que nous lisons dans l’évangile de Jean, au chapitre onze en est une autre illustration très édifiante. Comme la fille de Jaïrus, Lazare a été touché par une maladie dont il est mort. Informé de l’état de santé de son ami qu’il aimait, Jésus va commencer l’évaluation de la situation en disant que "cette maladie n’est point à la mort ; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle." L’amour du Seigneur pour les siens est tel qu’il est capable de faire quelque chose de singulier pour eux afin de leur prouver le comble de cet amour qu’il tient pour chacun d’eux. L’échelle des valeurs que les hommes utilisent pour mesurer et estimer est certes fort appréciable, mais elle n’a rien à voir avec celle du Seigneur qui défie toutes les lois et conceptions humaines qui ne tiennent compte que de ce que l’on peut voir, sentir, toucher, goûter et entendre.

Aujourd’hui, au moment où tu lis ces lignes, qu’en est-il de toi ? De ta situation ? Je veux parler de ton ministère ? De ta santé, ton entreprise, ton foyer, ton travail ? Qu’en est-il de ton existence ? Je te le dis "ne crains point", cette maladie (situation) n’est point à la mort (l’échec, la faillite, fatale), mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle.

Marthe dit à Jésus "maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. Jésus lui dit : Ton frère ressuscitera." Oui, frères et sœurs, quoi qu’il en soit, faites confiance en celui en qui vous avez cru, car tout ce qu’il demandera à Dieu, Dieu le lui accordera.
Lazare était dans la tombe depuis quatre jours. Même ses propres parents, ceux qui l’aimaient et qui auraient tout donné pour qu’il vive, n’étaient plus prêts à envisager une autre éventualité à son encontre. Ils n’avaient plus rien à espérer, mais c’était sans compter avec les méthodes du Maître de la vie qui ne demande que de croire pour voir la gloire de Dieu. Ici, dans ce cas précis, Lazare lui-même n’était sollicité pour aucun exercice, ni sur le plan de la foi, ni sur le plan physique quand bien même la cible, l’action du Seigneur, Jésus était le principal pourvoyeur de tous les différents éléments et instruments d’appréciation et de réévaluation. Ainsi donc, ayant avec lui la puissance de ré-création, il va procéder à l’estimation de toute dépression tant sur le plan physiologique que spirituel et donner suite à la situation de celui qui était son ami. Lazare revint à la vie sur seulement deux mots que le Seigneur a prononcés. Écoutez-moi frères et sœurs, combien de prières avez-vous faites, combien de journées de jeûne et prière avez-vous observez ? Chez combien de prieurs professionnels avez-vous été sans succès ? Je vous dis, inclinez simplement votre cœur devant le Seigneur, confessez et laissez le réévaluer votre situation. Même si votre entreprise est en faillite, si votre foyer est sur le bord de la déchirure, si votre société connaît des soubresauts, si votre état de santé est irrémédiable, ne manquez pas cette occasion de faire réévaluer votre situation par le Seigneur qui, des ossements secs et blanchis, il a fait une réévaluation pour en susciter une armée nombreuse à son service. Il a été demandé à Ezéchiel : "Fils de l’homme, ces os pourront-ils revivre ?" Et ensuite, il lui été demandé de prophétiser sur les os en disant : "Ossements desséchés, écoutez la Parole de l’Éternel !" Gloire à Dieu. Ezéchiel prophétisa selon l’ordre qui lui avait été donné et le miracle de Dieu se produisit : "Je prophétisai, selon l’ordre que j’avais reçu. Et comme je prophétisais, il y eut un bruit, et voici, il se fit un mouvement, et les os s’approchèrent les uns des autres. Je regardai, et voici, il leur vint des nerfs, la chair crût, et la peau les couvrit par-dessus ; mais il n’y avait point en eux d’esprit. Il me dit : Prophétise, et parle à l’esprit ! Prophétise, fils de l’homme, et dis à l’esprit : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu’ils revivent ! Je prophétisai, selon l’ordre qu’il m’avait donné. Et l’esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds: c’était une armée nombreuse, très nombreuse. Il me dit : Fils de l’homme, ces os, c’est toute la maison d’Israël. Voici, ils disent: Nos os sont desséchés, notre espérance est détruite, nous sommes perdus!" Ézéchiel 37 : 7 à 11.

Maintenant, bien aimé(e), lève-toi, tiens-toi sur tes pieds et prophétise, parle à cette situation qui t’accable et qui te serre comme un étau. Ne dis pas que c’est impossible, que les os sont desséchés, que la situation est pourrie. Non. Laisse le Seigneur Jésus réévaluer ta situation et entre dans ta bénédiction. Possède ta bénédiction maintenant au nom de Jésus. Amen.

Pasteur David TRAORE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire