Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

lundi 22 juin 2015

32 Quoi 2 - 9 sur le Net ? N°32

32 Quoi 2 - 9 sur le Net ? N°32


Gérard et Priscille VESSIERE                                 Bulletin N° 32

Une petite méditation vécue !


LA PARABOLE DU PETIT MULOT


Ne cherchez pas dans votre Bible où elle se trouve, car elle n’y est pas, mais Jésus aimait parler en paraboles et je crois qu’Il le fait encore aujourd’hui pour nous apprendre ce qui est important.
Dieu se sert des petites choses de la vie pour nous enseigner et ces expériences nous servent à grandir dans la foi ou dans notre remise en question par rapport à notre intégrité spirituelle et notre amour pour notre prochain. Cette petite anecdote vécue peut nous aider à y voir plus clair…
Notre plus jeune fils suit actuellement un stage en horticulture (sa passion depuis toujours) et il a été amené à faire une rencontre insolite la semaine dernière.
Il est rentré de son stage le soir, avec un bébé mulot d’environ 10 jours (ses yeux n’étaient pas encore ouverts et il pesait 2.3 grammes) qui était tombé dans un pot de plantes, vide, en plastique et s’épuisait à essayer d’en sortir, mais les parois glissantes l’en empêchaient.
Silvain, toujours prêt à secourir les plus démunis, pris de compassion pour ce petit mulot épuisé et transi de froid, l’a récupéré délicatement et nous l’a ramené à la maison.
Il lui a confectionné une petite maison douillette, en coton, dans une boîte dont le couvercle avait été percé de nombreux trous pour respirer. Nous avons essayé de le nourrir avec du lait dans une petite seringue, puis de petits morceaux de fruits. Il a rapidement pris son sauveteur pour sa maman et s’endormait dès qu’il se blottissait au creux de ces grandes mains chaudes et apaisantes.
Le deuxième jour s’est déroulé sans difficultés, même s’il mangeait très peu : un minuscule morceau de filament de fromage râpé lui suffisait pour un repas. Mais au matin de la deuxième nuit, on s’est rendu compte qu’il avait dormi sur un morceau de prune et il était tout mouillé et froid. Silvain l’a vite réchauffé comme il a pu, cependant, son état de santé s’est rapidement dégradé dans la matinée et nous avons compris que nous risquions fort de le perdre. Notre fils a même téléphoné pour des conseils à un vétérinaire spécialisé dans les rongeurs. Il lui a répondu qu’il est très difficile de réussir à sauver un mulot si jeune car il tête sa mère 3 semaines, mais qu’il lui avait prodigué les meilleurs soins possibles. Il ne devait donc pas culpabiliser si le mulot ne survivait pas.
Ce qui devait arriver, arriva, sa respiration est devenue difficile et espacée, courte. Notre fils, impuissant, a assisté à l’agonie de ce petit animal auquel il s’était déjà tant attaché. Il lui avait trouvé un nom : Aki qui signifie « automne » en japonais, car il l’a trouvé le jour de l’automne.
Il pleurait à chaudes larmes en criant à l’injustice. Il s’est éteint à 15h.

C’est là que le Seigneur a mis dans mon cœur une pensée d’enseignement par rapport à cette expérience : l’histoire de Jonas dans la Bible et surtout le 4ème chapitre, celui du ricin.

On s’attache aux petites choses insignifiantes et elles prennent pour nous une grande valeur et une grande place, mais on oublie trop souvent la valeur d’une âme aux yeux de Dieu.
On peut se montrer dur et sévère envers quelqu’un qui nous aurait mal parlé, ou ignoré, pire encore, souhaiter du mal à une personne qu’on n’aime pas, critiquer certaines catégories de personnes….
Dieu, Lui, ne regarde pas à l’apparence et au mal qui saute aux yeux. Non, Il regarde chaque être humain comme un pécheur à sauver, une âme pour laquelle Jésus a versé son sang.
Jonas pleurait pour son ricin, mais n’aurait eu aucune peine si Dieu avait détruit la ville de Ninive avec sa multitude d’hommes, de femmes et d’enfants ; d’animaux même ! Quel manque d’amour ! Quel manque de compassion, direz-vous ! Et vous avez raison…Mais, ne sommes-nous pas bien souvent des « Jonas » qui s’ignorent ?
Soyons honnêtes avec nous-mêmes et avec Dieu, ne préfère-t-on pas bien souvent des petites choses futiles et inutiles au lieu de ce que Dieu nous demande de faire pour notre prochain ?
Ne manquons-nous pas bien souvent d’amour ?
Je vous laisse méditer sur cette pensée, cette « parabole du mulot » que Dieu a mis sur mon cœur, afin qu’elle soit utile pour nous permettre de « recadrer » ce qui doit l’être dans nos vies.
Lisez la Bible…. Dieu est un Dieu d’amour …

Que Dieu vous bénisse

Pour tous ceux qui possèdent Internet, quelques sites à visiter :

Rendez-vous sur le site : http://www.jesustheme.com


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire