Association Vie Comblée

Association Vie Comblée

vendredi 2 mars 2018

121 EMETTEUR-RECEPTEUR




INTRODUCTION

Tellement de métiers sont aujourd’hui axés sur la communication, qu’elle soit d’ordre linguistique, technique, pédagogique, psychique, psychologique, symbolique, visuelle, gestuelle, etc… Pourquoi ? Parce que ce qui est émis est réceptionné de façon toujours plus ou moins déformée, à une exception près, par le récepteur comparé à ce que voulait vraiment transmettre l’émetteur. La seule exception est bien entendu quand le récepteur est YHWH ELoHiM qui sait tout et comprend tout puisqu’Il est Dieu. 
Mise à part cette exception, cette déformation se situe notamment au niveau du couple, de la famille, des proches pour s’étendre au niveau des voisins, du travail, de l’économie, de la politique, de l’armée, des médias, des arts, de la culture et finalement aux niveaux de toutes les réalités sociologiques de toutes les sociétés de ce bas monde. Cela explique ces recherches toujours plus poussées pour tenter de faire correspondre le plus possible le message émis par l’émetteur à ce que reçoit le récepteur. Cette déformation fut et est bien entendu source de nombreux conflits. 
Dans notre propos nous ne pourrons faire le tour d’une question aussi vaste, mais nous essayerons de nous pencher sur l’émetteur YHWH ELoHiM et le récepteur l’être humain et l’inverse à savoir sur l’émetteur l’être humain et le récepteur YHWH ELoHiM. 

  1. De Babel à la Pentecôte  

Nimrod, roi de Babel pour ne pas dire roi et de plus en plus dictateur d’une grande partie du monde urbain « civilisé » (Genèse 10 :9), organisa avec ses sujets la révolte contre YHWH ELoHiM. 
Ils construisirent une tour, un « haut lieu » où se pratiquaient toutes sortes de pratiques idolâtres, magiques, occultes, de péchés, de sorcellerie pour reconquérir les lieux célestes à partir de la terre et surtout du 2ème ciel (Hadès, Enfer), l’ensemble soumis aux manipulations du Serpent. 
Ils auraient réussi d’après les Paroles incroyables de YHWH Lui-même, s’Il n’était pas intervenu !!! (Genèse 11 :6b : « maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu'ils auraient projeté »). Quelle puissance négative à notre avis inégalée à ce jour ! Mais YHWH ELoHiM brouilla leur langage (Shaphah : lèvre, langage, langue, discours, paroles, parler) ou mit des interférences entre émetteurs et récepteurs ! Autrement dit YHWH a brisé leur unité diabolique non seulement en tant que peuple unique mais aussi au niveau de leurs « lèvres » ou « communication » entre eux au sens large du terme. En effet Shaphah dont le premier sens est lèvre prend un sens beaucoup plus étendu et global que simplement langue dans le cadre de la communication et de la relation. Il englobe ici toutes les dimensions esprit, âme et corps des habitants de Babel dans leur capacité à communiquer entre eux et d’être, bien entendu sous l’emprise et le contrôle de l’Ennemi. Bref ils étaient tous « uns » contre YHWH ELoHiM, d’où leur puissance incroyable ! Il brisa cette unité en brouillant leur com. Babel signifie d’ailleurs brouhaha, mélange, confusion, blabla et leur « unité » était de plus basée sur le Diviseur qui, identitairement, ne pouvait que provoquer de lui-même à terme la division et la dispersion, comme d’habitude.
Une première réponse reconstructive de YHWH ELoHim fut la création du Peuple d’Israël en donnant la Torah au Sinaï comme pédagogue et ciment unificateur dudit Peuple. Ce dernier était appelé à communiquer l’existence de YHWH ELoHim avec Sa Parole exprimant Sa volonté et Ses projets pour l’humanité. Cela devait aboutir à l’accueil au sein d’Israël d’une émission-réception parfaite dans la personne de YHWH Lui-même que nous appellerons « existentielle » et « essentielle » entre Lui et l’humanité et au sein de l’humanité elle-même : YHWH fait Homme, Jésus-Christ. 
Son Œuvre salvatrice justificatrice permit la venue du Saint Esprit (Pentecôte : fête des semaines, de la moisson et du don de la Torah au Sinaï ; cf. Israël au désert) qui, en remplissant et en revêtant ou baptisant les Apôtres et les premiers croyants, commença par proclamer la foi en une unité enracinée en Dieu (Ephésiens 4 :1-7). 
La condition de possibilité de sa réalisation passait par le mouvement descendant du Christ (incarnation) en vue de Sa montée (Ascension) et de la montée des captifs (Ephésiens 4 :7-10) par les ministères (Ephésiens 4 :11-12) et les dons spirituels (1 Corinthiens 12 ; Romains 12) pour aboutir à l’unité de la foi, à la connaissance du Fils, à l’homme adulte, à la mesure de la taille de la plénitude de Christ (Ephésiens 4 :11-13). Cet aboutissement ne peut se réaliser que dans la montée dans la gloire, là où est Christ (Salle du Trône ; cf. Israël au Pays Promis, Temple), condition de possibilité de l’unité (Jean 17 :20-24). 

  1. De l’Eglise des Vainqueurs à la future Babylone 

La Pentecôte, avec ses conséquences charismatiques et la formation de la Bible, a comme but clair et net la montée pour que puisse se réaliser Ephésiens 4 :11-13 !!! Affirmer que ce passage puisse se réaliser sur terre est tout simplement un mensonge, car rien que la captivité espace-matière-temps sous la coupe du Prince de ce monde en empêcherait la réalisation. C’est pourquoi il est écrit que Jésus a littéralement « fait captive la captivité » (Ephésiens 4 :8), a fait des « dons aux hommes » en vue de la montée, la libération de cette prison espace-matière-temps (Ephésiens 4 :9b : profondeur de la terre) d’où Il veut emmener les captifs que nous sommes !  
L’émission-réception parfaite est obligatoirement basée sur l’unité, l’harmonie, la connaissance du Fils, l’homme adulte et/ou à la taille du Christ dans la plénitude. Sans cet accomplissement, où nous serons vraiment à l’image du Créateur, le récepteur comme l’émetteur que nous sommes censés être, ne peut bien fonctionner. Les ministères et les dons spirituels sont des dons pour mener vers cette réalité (Ephésiens 4 :12). Certes Dieu nous parle à travers la Bible, les ministères, les dons spirituels et c’est merveilleux quand cela se passe et qu’il y a du fruit comme résultat ! Mais il ne s’agit que d’une communication partielle d’où le parler en langues que nous ne comprenons pas avec notre intelligence terrestre justement pour nous édifier « malgré nous » c’est-à-dire sans trop d’obstacles « intellectuels ». Il s’agit bien là d’une preuve que l’émission-réception entre les chrétiens et YHWH n’est pas optimale même si les dons spirituels et les ministères sont pratiqués ! 
En effet l’intelligence, parce qu’elle est sous influence de l’espace-matière-temps, est un obstacle pour une bonne émission-réception avec notre Créateur. Il faut donc qu’elle « entende sans comprendre » des paroles parfaites inspirées du Saint Esprit (parler en langues) pour se laisser transformer miraculeusement en vue de son édification. De plus, cette édification qui est un processus progressif donc jamais totalement parfait, démontre que l’émission-réception ne peut bien se faire ici-bas. Les dons charismatiques sont donnés pour aboutir à « autre chose » comme nous l’apprend le texte d’Ephésiens 4 !   
A ce sujet, reconnaissons que nos prières ne sont généralement que des monologues souvent insupportables qui pour certains ont, notamment à cause de cela, évolué vers de belles récitations religieuses voire des formes d’incantations liturgiques. Le parler/chant en langues s’est d’ailleurs progressivement perdu et s’est transformé en récitations de chapelets et en chants grégoriens ! Donc on ne se pose plus trop de questions quant à la bonne émission-réception avec YHWH ELoHiM.  
Nous ne nous attendons en effet plus à une réponse mais la prière devient simplement un rite religieux en soi, un style de vie « méditatif lénifiant », pour en quelque sorte nous donner bonne conscience, nous calmer et nous rasséréner un peu dans le rythme effréné de notre société. De plus quand nous recevons ce que nous croyons être une réponse, n’est-ce pas souvent le résultat de notre imaginaire psychique ou encore notre capacité d’analyse toujours limitée correspondant à des circonstances personnelles et/ou collectives du moment ? Heureusement que ce n’est pas toujours le cas, mais soyons tout simplement honnêtes et francs avec nous-mêmes et surtout avec YHWH ELoHiM au bout du compte ! 
Quelquefois nous élaborons des projets devant faire avancer l’œuvre de Dieu et quand nous arrivons à les réaliser nous pensons qu’il s’agit de Sa réponse positive (autojustification par l’activisme). Mais est-ce vraiment le cas ? Bien des athées élaborent des projets louables en tous genres, notamment humanitaires, et arrivent à les réaliser ! 
Alors qu’est-ce qu’un échange digne de ce nom avec YHWH ELoHiM ? 
Quand nous regardons par exemple Moïse qui « échangeait » avec Lui comme avec un ami dans le Tabernacle (Cf. Salle du Trône), de même que les prophètes souvent « montés » dans la Salle du Trône, « saisis » par l’Esprit, nous devrions en tant que bénéficiaires de la Nouvelle Alliance, pourtant considérée comme meilleure, et des dons charismatiques, nous poser de sérieuses questions ! C’est ce que l’Eglise de la fin du premier siècle n’a pas fait d’où son incompréhension (mauvaise réception du message émis) et donc refus des messages puissants de Jésus-Christ Glorifié ! Car en fait les messages aux 7 églises sont les vraies réponses aux vraies questions que nous devrions nous poser notamment pour pouvoir être des émetteurs-récepteurs sans fritures, bien « réglés » sur le Saint Esprit.
Echanger et se comprendre avec notre Créateur nécessite la transformation préalable de nos cinq sens donc de notre corps et bien entendu aussi de notre être intérieur pour que nous puissions bien communiquer avec Lui. 
Un face à face réel, de visage à visage, de lèvres à lèvres, de langue à langue (Cf. couple J-C - Eglise) dans l’harmonie réelle de l’amour est indispensable. Cela aboutit en quelque sorte de pouvoir se comprendre presque sans se parler… ! Cela ne peut être virtuel. 
Le virtuel déforme et est mensonger car il a toujours comme constante de ne montrer qu’une partie de la réalité et d’en cacher l’autre. Notre communication actuelle avec YHWH relève malheureusement un peu du domaine virtuel. La Bible, les ministères et les dons spirituels ressemblent un peu à notre smartphone… !  
Ainsi la formation de l’Eglise des Vainqueurs au corps métamorphosé et montée à la Salle du Trône est incontournable pour la bonne mise en place Emission-Réception avec YHWH ELoHiM pour ne former qu’un seul Peuple et une seule « langue et/ou lèvre » !
Babel à l’époque de Nimrod avait une grande qualité de communication dans le négatif et dans sa révolte selon la constatation de YHWH ELoHiM Lui-même. Alors comment pouvoir être victorieux contre la Babylone de l’Apocalypse durant le règne de l’Anti-Christ si nous restons dans notre situation actuelle ? C’est tout simplement impossible et d’ailleurs pas prévu par le texte biblique.
En effet le texte de l’Apocalypse est très clair pour les chrétiens restés sur terre durant le règne de l’Anti-Christ (Apocalypse 13 : 7+9-10) et notamment lors de l’apogée de Babylone la grande, mère des prostituées et des abominations de la terre, ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus ! (Apocalypse 17 :5-6 ; 18 :24). 
Par contre les appelés, élus et fidèles qui seront auprès du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs, avec l’Agneau sur le Trône, c’est-à-dire l’Eglise des Vainqueurs montée, vaincront. (Jean 17 :14 ; 19 :7-8+14). Les choses sont on ne peut plus claires !!! La victoire n’est possible que si les « transmissions » avec le Roi des rois sont parfaites ! 
Nonobstant, en face, l’Ennemi a bien compris que pour avoir une chance de vaincre YHWH ELoHim dans les lieux célestes, il lui fallait remettre en place une nouvelle Babel ou Babylone, une cité dictatoriale qui règnera sur les rois de la terre (Apocalypse 17 :18) et donc avec un semblant d’unité basée sur les péchés tels des briques assemblées, cimentées (cf. verbe kollao : coller, cimenter Apocalypse 18 :5) devant « atteindre le ciel » (Cf. Tour de Babel). Mais nous constatons que les conflits entre la « prostituée » et les dix cornes démontreront une fois de plus les divisions inerrantes au règne de l’Anti-Christ (Apocalypse 17 :16). 
Les chapitres 17 et 18 de l’Apocalypse démontrent que la future Babylone tiendra les humains en quelque sorte unis dans leur révolte contre YHWH ELoHiM (Apocalypse 17 :3b), la luxure, l’impureté (Apocalypse 17 :4-5), la dictature idéologique et politique (Apocalypse 17 :6+18 ; 18 :3a+9), les oppressions démoniaques généralisées (Apocalypse 18 :2b), le pouvoir économique (Apocalypse 18 :3b+11-19), la culture et l’art (Apocalypse 18 :22), le foyer et le couple démonisés (Apocalypse 18 :23) bref un totalitarisme inédit où émetteurs et récepteurs seront sur une même longueur d’ondes atroce et négative au diapason du Dragon !
L’esprit, l’âme et le corps de l’être humain dans un contexte de « pensée unique démonisée » avec une émission-réception dans le négatif se retrouvera dans un environnement social, matériel-physique et spirituel totalement aux mains de l’Ennemi. 
C’est pourquoi la politique de l’autruche consistant à mettre la tête dans le sable pour ne pas voir ni affronter le danger à venir dont nous voyons clairement les germes dans l’histoire récente et actuelle, est ni plus ni moins suicidaire ! 
  

  1. Quel Evangile émis par la Bible et quel Evangile reçu et émis par l’Eglise ?

  1. Evangile émis par la Bible

Si nous considérons le Messie des prophètes de l’Ancienne Alliance, il est clair qu’Il était censé, après son sacrifice (Esaïe 53), créer des conditions de vie concrètes pour l’humanité d’ordre pré-paradisiaques (Millénium sur terre) et paradisiaques (Nouveau ciel et nouvelle terre) dans la foulée de Sa venue (Esaïe 11 ; 51 :14-16 etc.). Ephésiens 4 montre clairement que Jésus-Christ est descendu jusqu’aux tréfonds de la terre (croix, ensevelissement) pour d’emblée emmener les captifs à Sa suite dans Sa montée et les amener dans les lieux célestes à Sa stature et à Sa mesure pour qu’ils Le connaissent vraiment. Son retour pour la victoire finale fut d’ailleurs annoncé pour « bientôt », dans un avenir « proche » (Matthieu 24 :33 ; Marc 1 :15 ; 13 :29-30 ; Luc 21 :31-32 ; Romains 16 :20 ; Philippiens 4 :5b ; Jacques 5 :8 ; Apocalypse 1 :1 ;3 :11 ; 22 :6+7+10+12+20). Voilà la Bonne Nouvelle (Evangile) émise par la Bible.  

  1. Evangile reçu et émis par l’Eglise

L’Eglise a annoncé certes la partie de l’Evangile capitale, centrale et incontournable de la venue de Jésus-Christ sur terre pour nous justifier par la croix et la résurrection en vue du salut après la première mort, mais elle s’est arrêtée là. Elle a dit et cru comme l’Eglise de Laodicée qu’elle était riche alors qu’elle était pauvre aveugle et nue ! (Apocalypse 3 :17). Elle n’a pas écouté la recommandation de Jésus-Christ Glorifié qui devait la mener direct dans la foulée par la métamorphose dans la Gloire, la Salle du Trône et même sur le Trône avec Lui (Apocalypse 3 :18-22). 
C’est comme si, en ce qui concerne le Peuple d’Israël, la Pâque (Agneau Pascal, croix), la sortie d’Egypte, les pérégrinations dans le désert (d’ailleurs prolongées à cause de l’incrédulité d’Israël) avec ses bénédictions et aussi ses souffrances suivies de « murmures » contre YHWH et Moïse, avec le Sinaï, le don de la Torah (=vie de l’Eglise sur terre, don de la Bible), n’étaient pas suivies de la conquête et de l’établissement dans Pays promis avec la construction du Temple (montée au paradis et à la Salle du Trône) !
C’est un peu comme si on vous remettait un chèque que vous ne pourriez encaisser qu’après votre mort ou après plus de 2000 ans d’attente voire davantage… !? Autant parler d’un chèque en bois à la babylonienne … !
L’émission d’un tel Evangile n’est pas vraiment recevable à commencer auprès des Juifs et ne peut correspondre au texte biblique ! 
Si pour le Peuple d’Israël leur incrédulité face à la conquête a prolongé la vie au désert de 40 ans jusqu’à ce que la génération du moment soit morte et enterrée (y compris Moïse, Aaron et Myriam, exceptés Josué et Caleb qui avaient cru), l’incrédulité de l’Eglise démontrée par l’émission d’un évangile incomplet et donc faussé, aura prolongé la vie dans le « désert-prison » de l’espace-matière-temps de 2000 longues années voire davantage !!!
De même d’après l’Apôtre Pierre (2 Pierre 3 :10-13) parlant des événements relatés plus tard en Apocalypse 19-21 (particulièrement Apocalypse 20 :11b ; 21 :1), la sainteté de conduite et la pratique de la piété des chrétiens hâtent (speudo : hâter, accélérer, faire vite ; cf. : en anglais speed vitesse, en argot : speeder) « la venue du jour de Dieu » !!! En fait le refus de l’Eglise d’écouter ce que l’Esprit et Jésus-Christ Glorifié lui avaient dit dans les sept lettres du début de l’Apocalypse, notamment en ce qui concerne l’abandon de certains péchés et fausses doctrines, correspond au fond à ce passage de Pierre. 
C’est pourquoi invoquer la seule souveraineté de YHWH quant au déclenchement du processus final décrit plus en détails dans l’Apocalypse, est une fausse « émission » entretenue par l’Eglise qui ne veut ni plus ni moins que se « débiner » par rapport à sa propre responsabilité dans ce domaine bien précis.
Certes, YHWH est incontestablement le Maître de l’Histoire et nous ne connaissons ni le temps, ni l’heure, mais Il a décidé dans Sa souveraineté de faire participer Israël comme l’Eglise, de les rendre responsables quant au rythme de son déroulement ! La participation au déroulement du plan de YHWH ELoHiM fut instaurée dès le départ par les missions confiées à Adam et Eve puis à Israël et à l’Eglise. L’amour ne peut en effet se passer de la participation, de l’échange, de la réciprocité et par là de la responsabilité. La grâce ne peut effacer cela. Elle essayera toutefois instant après instant, année après année, siècle après siècle de récupérer et de rattraper l’être humain trop souvent en dérive par rapport à ses responsabilités : ceci expliquant cela.
Cette responsabilité est une affirmation très importante car elle permettra de mieux comprendre l’Histoire du Salut. Jésus-Christ aurait en effet voulu déclencher très rapidement le processus final d’où Ses propres termes de « bientôt » et de « proche » quant à son déclenchement. Son premier retour (temporellement proche des évangiles, d’ailleurs selon Ses promesses) auprès de l’Apôtre Jean comporte une suite d’exhortations à l’Eglise à rentrer dans ce processus, de « speeder » pour que cela démarre tout de suite ! 
Le Messie de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament est le même mais le mauvais comportement et l’incrédulité de l’Eglise face à la finalisation du salut du corps, la métamorphose pour la montée, le déclencheur du processus, a remis en cause cette correspondance de proximité temporelle décrite notamment par les prophètes. Elle a donc remis aux calendes grecques l’instauration du Millénium puis de l’Eternité par son comportement et son émission d’un Evangile incomplet pas complètement biblique ! Cela fait 2000 ans que cela dure et ce n’est vraiment pas la faute du Seigneur ! De plus, et l’Histoire nous l’a amplement prouvé, cette mauvaise émission de l’Evangile entraîna une mauvaise réception tant au sein de l’Eglise qu’en-dehors d’elle. 

  1. Principe de réalité immédiate 

« Je ne crois que ce que je vois » est l’adage illustrant le principe de réalité immédiate. Même scientifiquement, il n’est pas tout à fait exact. On ne voit pas l’électricité, mais on en voit les effets et on peut en mesurer l’intensité… Nous savons par ailleurs que toute découverte scientifique ouvre une multitude de réalités et aussi des inconnues nouvelles dont on n’avait pas idée auparavant, que l’on ne « voyait » pas avant … ! 
Au sein de l’Eglise le principe de réalité immédiate s’applique à la tradition, aux rites et habitudes du moment en application. « On a toujours cru comme cela, on a toujours interprété les textes bibliques comme cela, on a toujours fait comme cela, c’est que cela doit être juste… ! »
De même l’Eglise, dès le premier siècle, a glissé dans le principe de réalité immédiate. Pourquoi ? Parce qu’il s’agissait du salut du corps, salut visible et constatable avec les cinq sens et de la montée mais qui nécessitaient une remise en cause de ce qui se voyait et constatait. Il lui fallait en effet une véritable foi préalable pour entrer dans la nouvelle dimension proposée par Jésus-Christ Glorifié. 
Ainsi, une chose est de croire et de prôner le salut de l’âme et de l’esprit que nous ne voyons pas de prime abord, autre chose est de prôner le salut du corps, sa glorification immédiate que l’on voit avec ses cinq sens. 
Matthieu 9 :1-8 remet clairement le principe de réalité immédiate religieux des scribes en question face à la maladie : « Jésus, étant monté dans une barque, traversa la mer et alla dans sa ville. Et voici, on lui amena un paralytique couché sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés. Sur quoi, quelques scribes dirent au dedans d'eux : Cet homme blasphème.  Et Jésus, connaissant leurs pensées, dit : Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans vos cœurs ? Car, lequel est le plus aisé de dire : Tes péchés sont pardonnés ou de dire : Lève-toi, et marche ? Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit et va dans ta maison. Et il se leva et s'en alla dans sa maison. Quand la foule vit cela, elle fut saisie de crainte et elle glorifia Dieu qui a donné aux hommes un tel pouvoir. » (Trad.Segond 1910) 
 La « paralysie » de l’Eglise actuelle est physique comme pour ce paralytique ! Il est vrai que Jésus commença par lui pardonner ses péchés (salut intérieur) suite à la foi, ce qui est d’ailleurs réservé à YHWH. Mais pour démontrer que la foi en Lui vrai YHWH et vrai Homme, est juste, il fallait encore autre chose : il est nécessaire de passer du principe de réalité immédiate sur terre au principe de réalité céleste qui vient de Son pouvoir et de Sa puissance surnaturels issus de Sa divinité. Jésus est venu d’En-Haut ! 
Il s’agit de se poser la vraie question : qu’est-il plus facile de dire tes péchés te sont pardonnés (salut de l’âme et de l’esprit) ou de dire lève-toi et marche (prémices visible du salut du corps) ? 
Parallèlement :
Qu’est-il plus facile de dire : Jésus est mort pour le pardon de tes péchés et le salut de ton esprit et de ton âme aujourd’hui et le salut de ton corps après la première mort par la résurrection (Jean 6 :40b+44) ou Jésus est mort pour le pardon de tes péchés et non seulement pour le salut de ton esprit, de ton âme, mais aussi pour le salut (rédemption, métamorphose du corps : Romains 8 :23 ; 2 Corinthiens 3 :18) de ton corps dès maintenant avec l’immortalité (Jean 6 :47-51 ; 2 Timothée 1 :10) et la montée (Apocalypse 4 : 1b ; 5 :10 ; 7 :9 ; 11 :12) à la clé pour aujourd’hui ? 
C’est vrai qu’aussi longtemps que notre corps est en quelque sorte « paralysé » par les lois naturelles de vieillissement et de mortalité ici-bas dans l’espace-matière-temps, c’est très difficile de prêcher le salut et la glorification du corps pour maintenant. On se heurtera toujours au « cause toujours, je veux voir avant de croire », « est-ce que c’est vraiment biblique ? » au nom du principe de réalité immédiate religieux qui s’est largement installé dans l’Eglise. 
La foi basée sur la Parole de Dieu qui parle non seulement du pardon des péchés mais aussi du salut du corps dès à présent est la solution à terme pour la mise en place de l’Eglise des Vainqueurs.
D’où vient la foi ? Elle vient de la Parole de Dieu : « la foi vient de ce qu’on entend (lit) et ce qu’on entend (lit) vient de la Parole de Christ ! » (Romains 10 :17)
Emission juste réception juste fortifiant la foi jusqu’à ce qu’elle porte de bons fruits !!! 
Mais si l’émission est incomplète donc faussée comme c’est le cas aujourd’hui, la réception est tout autant incomplète donc faussée et il ne pourra jamais y avoir de fruits correspondants comme ce fut et c’est le cas depuis 2000 ans jusqu’à aujourd’hui !
Il est donc indispensable de passer du principe de réalité immédiate religieux du moment au principe de réalité biblique et céleste que nous obtiendrons concrètement par la foi basée sur la Parole de Dieu ! 
Si le miracle de Jésus a provoqué chez la foule qu’elle glorifie Dieu, à combien plus forte raison le miracle de la formation de l’Eglise des Vainqueurs dans l’accomplissement de ses missions provoquera cela et bien plus, car à ce moment-là seulement, se réalisera la Parole de Jésus : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père. » (Jean 14 :12 ; cf. Romains 8 : 22ss ; Apocalypse 6 :2 et 7)

Conclusion

Que veut transmettre l’Emetteur YHWH ELoHiM à Ses récepteurs que nous sommes ? Quels contenus les émetteurs que nous sommes devons-nous transmettre tant à YHWH ELoHiM qu’à nos frères et sœurs et au monde ? 
Trop souvent nous sommes dans le « blabla » (Cf. Babel) fût-il de couleur religieuse et d’apparence biblique.  
Paul lui-même se rend compte du problème : « Misérable (talaiporos : misérable, malheureux, chargé d’ennuis, affligé, écrasé par les obligations) moi homme ! Qui me délivrera (rusetai, verbe ruomai : délivrer, secourir, sauver. Il s’agit d’une délivrance ressemblant à celle d’un soldat sur le point d’être fait prisonnier par l’ennemi qui se fait secourir par un camarade) de corps de mort ? » (Romains 7 :24 ; trad. litt.)
Il donne clairement la réponse : « Donc maintenant aucune condamnation (katakrima : sentence de condamnation pour les EN Christ Jésus. Car la loi de l’Esprit de la vie EN Christ Jésus [m’] t’affranchit (eleuteroo : libérer, rendre libre) de la loi du péché et de la mort. » (Romains 8 :1-2).
Paul, dans son discours, parle clairement d’un CORPS DE MORT qui le fait pécher et mourir. D’où son appel pathétique pour en être délivré ! 
Mais EN Christ, c’est-à-dire notre corps métamorphosé DANS le Christ ressuscité et glorifié, autrement ce n’est pas possible, la loi de l’Esprit de la vie délivre du corps de mort qui nous retient prisonniers de l’Ennemi en le métamorphosant et le glorifiant.
Bref l’émission glorieuse et de gloire esprit, âme et corps implique une réception glorieuse, esprit, âme et corps, pour un résultat vraiment glorieux !

   
En Jésus, Martin BUSCH 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire